La régie Saint Malo Bus (1979 - 2006)


1979 : Création de Saint Malo Bus !

Après quelques années d'exploitation par la société Transports Verney, à l'aide de bus mythiques tels que des Chaussons, des CBM ou des Berliet, les bus vert et crème disparaissent, pour laisser place à Saint Malo Bus. Exploité initialement par la société TIV, et suite à de nombreuses grèves, le réseau devient indépendant en 1981, et passe officiellement en régie le 1er Janvier 1982.

Côté exploitation, on note l'arrivée des premiers SC10R, qui perdureront pour les derniers jusque dans les années 2000, ainsi que de 2 Saviem SC10, issus du réseau COTRA d'Angers, et arrivés en 1982. A noter que l'un d'eux (n°69) est un prototype avec une plateforme arrière ouvrante.

Les bus sont désormais remisés dans un nouveau dépôt, celui de la Hulotais : terrain acheté en 1978, le bâtiment lui-même a été construit en 1982.

Les bus sont progressivement équipés d'oblitérateurs Camp (Alcatel), répandus sur de nombreux réseaux à ce moment là.

1985 : Quelques nouveautées

Le 2 Décembre 1985, les lignes 5 et 6 sont restructurées, et on observe la création d'une nouvelle ligne, la 7. Elle effectue alors le parcours suivant :

Quelmer - Goëleterie - Flourie - Briantais - Gentillerie - Sacré Coeur - Saint-Servan

 

Le réseau teste également durant cette période les bornes d'appel taxi, mais aucune suite ne sera donné au projet.

1988 : Nouveaux véhicules

Seront reçus cette année là 3 véhicules : 2 midibus Amiot TU35, ainsi qu'un Heuliez GX107. Portant respectivement les numéros 74, 75 et 41, ils resteront néanmoins sans livrée.

1989 : Les toits d'Intra-Muros sur les bus

Et oui, fini les bus avec la livrée blanche avec des bandes rouges ! Les SC10R seront les derniers à bénéficier de cette livrée simpliste, rappelant leurs homologues rennais.

Désormais, les bus abordent sur les flancs des toits, rappelant ceux d'Intra-Muros.

Cette livrée a été conçue par Graphibus, et les premiers bus à en être équipés sont les deux Amiot TU35 en 1990, suivi par l'Heuliez GX107 en 1991.

Les Setra S215SL, réceptionnés à partir de 1990, en seront également équipés.

1995 : Saint Malo Bus, toujours ...

Le réseau se constitue des lignes suivantes :

 

1 : Alet <> Saint Servan <> Gare <> Saint-Vincent <> Gare <> Courtoisville <> Poincaré <> Rochebonne <> Rothéneuf (Ligne Estivale)

2 : Saint-Servan <> Gare <> Saint-Vincent <> Gare <> Courtoisville <> Rochebonne <> Paramé <> Duguay-Trouin <> Croix Desilles

3 : Saint-Servan <> Lorette <> Bellevue <> Découverte <> Gare <> Saint-Vincent

4 : Saint-Vincent <> Gare <> Espérance <> Plessis <> Paramé <> Davier <> Rothéneuf

5 : Rothéneuf <> Davier <> Paramé <> Gambetta <> Gare <> Marne <> Bellevue <> Madeleine <> Briantais

6 : Alet <> Saint-Servan <> Découverte <> Grassinais <> Château-Malo

7 : Quelmer <> Briantais <> Rosais <> Sacré-Coeur <> Saint Servan (Ligne Hivernale)

 

Côté exploitation, le parc de véhicules est le suivant :

- 10 RVI SC10R (n°21 à 29 et 31)

- 1 Heuliez GX107 (n°41)

- 8 Setra S215SL (n°51 à 58)

- 2 Saviem SC10 (n°62 et 69)

- 2 Amiot TU35 (n°74 et 75)

 

La régie emploie à ce moment là 49 personnes, dont 34 conducteurs.
C'est également à partir de cette année que sont installés les premiers oblitérateurs Seipra, encore en service aujourd'hui.

1998 : Petit coup de jeune

Après plus de 15 ans de circulation, les SC10R se dégradent : il est donc nécessaire de les rénover !

Ce sera le cas pour 6 d'entre eux, qui vont subir une profonde rénovation intérieure : changement des sièges, remplacement des girouettes papier par des girouettes à pastilles Duhamel. Sur les 6, 4 vont même recevoir la nouvelle découpe, qui est apposée sur les GX217 neufs.

De même, les Setra S215SL ayant été livrés avec girouettes à film, ces dernières sont remplacées par des girouettes à pastilles Duhamel également, pour 6 d'entre eux.

1999 : Apogée

A la suite d'une restructuration partielle du réseau, notamment dans les quartiers sud, la constitution du réseau est la suivante :

1 : Alet <> Saint-Servan <> Gare <> Saint-Vincent <> Courtoisville <> Poincaré <> Minhic <> Rothéneuf (Ligne Estivale)

2 : Croix Desilles <> Duguay Trouin <> Paramé <> Courtoisville <> Gare <> Saint-Vincent <> Gare <> Saint-Servan <> Bellevue <> Découverte <> Arkansas <> Grassinais

3 : Saint-Vincent <> Gare <> Marville <> Découverte <> Madeleine <> Saint-Servan / Alet ou <> Briantais / Quelmer

4 : Saint-Vincent <> Gare <> Espérance <> Plessis <> Paramé <> Davier <> Rothéneuf

5 : Grassinais <> Saulaie <> Balue <> Hôpital <> Gare <> Espérance <> Gambetta <> Paramé <> Bellevent <> Davier <> Rothéneuf

6 : Saint-Vincent <> Gare <> Saint-Servan <> Doutreleau <> Madeleine <> Grassinais <> Château-Malo

7 : Quelmer <> Briantais <> Saint Servan (Ligne Hivernale)


(en italique : terminus partiel de certains services) 

Les premiers SC10R sont retirés du service, remplacés par les GX217.

2000 : La ligne 8, apparition et disparition

Le 4 Septembre 2000, une nouvelle ligne pointe le bout de son nez :

Ligne 8 : Quelmer <> Briantais <> Rosais <> Alet

Malgré le peu d'information connu sur cette ligne, il est sur qu'elle a été exploitée avec l'un des 2 Amiot TU35, réformés quelques temps après. Si cette ligne n'a duré qu'un an, c'est surement du à des défauts de fréquentation

Notons aussi que cette année là marque la fin des girouette à papier sur les S215SL : les deux derniers véhicules sont équipés de girouettes pastielles Duhamel.

2002 : Paul Féval, le début

Grande première sur Saint-Malo, la création d'un parking relais aux portes de la ville, pour pouvoir désengorger le centre-ville. Pour cela, une navette gratuite est crée entre ce Parking et Intra-Muros, fonctionnant avec une fréquence de 15 min, uniquement en période estivale et durant les grands évènemments (Quai des Bulles, Route du Rhum...).

L'exploitation de cette navette est assurée par les Courriers Bretons (devenu Kéolis Emeraude et aujourd'hui Kéolis Armor), à l'aide d'un Heuliez GX187 ex-Versailles.

Ce projet vieux de 10 ans, soutenu par l'opposition, a vu le jour grâce à la création de la communauté d'agglomération de Saint-Malo, survenue 1 an plus tôt.

Du côté du réseau malouin, on constate l'arrivée d'un nouveau type de véhicules, l'Heuliez GX317. Au nombre de 2, ils portent les n°46 et 47, dans la continuité des Heuliez GX217. L'arrivée de ces véhicules permet le retrait de quelques SC10R.

Septembre 2004 : Le bus toujours plus près !

Le quartier de Bellevent n'était jusque là pas desservi par les transports en commun. Cependant, avec le début de l'urbanisation rapide du quartier (immeubles de logements et de bureaux), la ligne 5 fait désormais le tour du quartier, et dessert de plus le Centre Commercial des Trois Mâts et l'IUT (arrêt Duguay-Trouin).

Mars 2004 : Fin d'une série

Toujours dans la logique de réforme des SC10R, 2 Heuliez GX317 arrivent au dépôt afin d'en réformer 2. Ce sont les 2 derniers GX317 livrés sur le réseau malouin.

Notons que sur les SC10R réformés, 3 ont été totalement réformés l'année passée. Les autres seront conservés au dépôt de la Hulotais jusqu'en 2008, date de la démolition de celui-ci.

Juillet 2005 : Tous à la gare ...

Une légère restructuration a lieu sur le réseau dans le secteur de la gare : La nouvelle Gare TGV, est desservie par les lignes 2, 4 et 5 depuis le 5 Juin, date d'ouverture de cette dernière.

Désormais, toutes les lignes y passent, et pour plus de lisibilité et de facilité, les lignes 1 et 2 sont respectivement scindées en deux, créant les lignes suivantes :

11 : Saint Vincent <> Courtoisville <> Poincaré <> Minhic <> Rothéneuf ligne estivale

12 : Saint Vincent <> Gare TGV <> Saint Servan <> Alet ligne estivale

21 : Saint Vincent <> Gare TGV <> Courtoisville <> Paramé <> Duguay-Trouin <> Croix Desilles

22 : Saint Vincent <> Gare TGV <> Saint Servan <> Bellevue <> Découverte <> Guymauvière <> Grassinais

 

A noter que les terminus partiels de l'ex-2, Arkansas et Duguay-Trouin, sont supprimés.

... et dans la campagne !

Le 3 Juillet marque le début de la desserte totale des 17 communes de l'agglomération : "Réseau Saint-Malo Agglomération", propose grâce aux 5 lignes suivantes quelques A/R entre les différentes communes et Saint-Malo :

 

Saint-Malo <> Saint-Coulomb ou Saint-Méloir <> Cancale : 5 A/R par jour,

Saint-Malo <> Saint-Benoit <> Hirel <> La Fresnais : 5 A/R par jour,

Saint-Malo <> Saint-Père <> Chateauneuf <> La Ville-es-Nonais <> Saint-Suliac : 4 A/R par jour,

Saint-Malo <> Miniac-Morvan <> Le Tronchet : 2 A/R par jour,

Saint-Malo <> La Gouesnière <> Saint-Guinoux <> Lillemer <> Plerguer : 3 A/R par jour.

 

Cependant, la lisibilité de ce réseau reste réduite : absence de coloration et de numérotation des lignes, ou encore des lignes proposant 3 parcours différents, comme la ligne Saint-Malo <> Cancale, passant soit par Saint-Méloir, soit par Saint-Coulomb puis direct Cancale, soit par Saint-Coulomb, puis la côte, puis Cancale. A noter que la coloration des ligne sera effective à la rentrée 2005.

Août 2005 : Le début de la fin

La compétence transports de la ville de Saint-Malo passe sous la houlette de l'agglomération. Cela se traduit par un appel d'offre, qui est passé pour l'exploitation du réseau urbain et suburbain. En gros, cela signifie la privatisation du réseau, et donc la fin de Saint Malo Bus, après 25 années de régie municipale. C'est finalement Kéolis qui remporte l'appel d'offre, et gagne l'exploitation du réseau à partir du 1er Juillet 2006.

Septembre 2005 : De nouveaux véhicules !

Cette rentrée marque l'arrivée des premiers Volvo 7700, et la réformes des 2 dernier SC10R. A noter que la livrée a légèrement évoluée, une bande rouge remplace les vagues orange au dessus des vitres, et les vagues bleues sont désormais aux couleurs de l'agglomération, sans oublier le logo de cette dernière. Enfin, les bas de caisse restent blanc.

Ce sont au total 5 7700 (n°63 à 67) qui vont être livrés au cours de l'année sur le réseau, sachant que le dernier est un ex-démonstration.

Juillet 2006 : Les jours sont comptés pour Saint Malo Bus

Malgré les débuts de Kéolis dans la cité corsaire, le réseau Saint Malo Bus est conservé jusqu'en Janvier 2007. Néanmoins, les bus sont progressivement mis en blanc, dans l'attente de la nouvelle livrée. Adieu Saint Malo Bus !