S215 SL, ces monstres gentils sur le depart


Après plus d'un quart de siècle, les S215 SL malouins s'apprêtent à déserter les rues de la ville. Ces véhicules, qui ont fait la pluie et le beau temps du réseau, sont également entrés dans l'histoire de la ville, dont plusieurs générations d'habitants ont utilisé ces géants pour se rendre en cours ou au travail. Retour sur la carrière de ces monstres gentils, avec leur sonorité si particulière, sans laquelle les rues de la ville sembleront dorénavant bien vides...

 

Dossier réalisé par popol.

Six petits traits et puis s'en vont; voici le motif si caractéristique de ces véhicules.
Six petits traits et puis s'en vont; voici le motif si caractéristique de ces véhicules.

Départ ! Devant la vieille ville de St-Malo, le n°57 quitte l'arrêt central St-Vincent, sur l'ancien réseau de la régie St-Malo Bus. © Yves Le Chanu, Tous droits réservés.
Départ ! Devant la vieille ville de St-Malo, le n°57 quitte l'arrêt central St-Vincent, sur l'ancien réseau de la régie St-Malo Bus. © Yves Le Chanu, Tous droits réservés.

1990: huits étrangers bousculent un petit réseau de province

Le Kassbohrer S215SL n°53 du réseau Saint-Malo Bus sur la ligne 12 à Alet.
Le 53 sur la 12 à Alet; l'engin, qui est déjà doté de girouettes a pastilles sur cette photo, sera prématurément retiré du service. ©popol

Saint-Malo, années 1980; le réseau de transports urbain vient d'être nationalisé, si l'on peut dire, la mairie ayant décidé de créer une régie face à la qualité de service déplorable que fournissait à l'époque l'exploitant TIV. Le réseau est alors constitué d'une poignées de lignes convergeant toutes vers la Gare et l'esplanade Saint-Vincent.

 

Le parc est hétérogène au possible. En effet, les CBM, Berliet et autres Chaussons cohabitent avec les SC10U, SC10R, acquis par la ville récemment, ainsi que deux minibus Amiot TU35 et un GX107 Heuliez, censés rajeunir la moyenne d'âge d'un parc vieillissant, propriété de la ville.

 

Ainsi, en 1985, la ville de St-Malo remodèle le réseau, qui restera dans les grandes lignes inchangé jusqu'en 2006. La ville crée une identité visuelle qu'elle applique sur ses dernières acquisitions précitées, ainsi que sur le local commercial du réseau. Enfin, pour bouter hors du parc les antiquités sur pneus qui circulent encore, elle commande huit véhicules standards.

 

Ces huit véhicules sont particuliers à plus d'un titre, mais au premier ordre, ce sont les premiers de conception étrangère à fouler les rues de la ville (d'ailleurs, on notera que l'expérience ne s'est reproduite qu'une fois et on peut considérer que, dans le domaine, seule celle des S215 SL s'est avérée être une réussite). Construits à Ligny-en-Barrois, dans l'est de la France, ils développent 237 chevaux grâce à un moteur Man et une transmission Voith.

 

Le choix du S215 SL est particulièrement adapté au réseau de Saint-Malo. En effet, il s'agit d'un véhicule à plancher haut (il existe pourtant un S215 NR, du même constructeur, à plancher bas) qui est plutôt destiné aux lignes périphériques, avec des parcours importants et de grandes interstations. C'est précisément le cas du réseau St-Malo Bus, qui relie les anciennes villes de Quelmer, St-Servan-sur-Mer, Chateau-Malo, Saint-Malo, Paramé, St-Ideuc et Rothéneuf, dont les différentes fusions ont abouti dans les années 1960 au Saint-Malo actuel; des zones de faible activité subsistent entre ces centres urbains, le S215 SL est donc le remède indiqué.

S'ils se ressemblent tous, tous ont une particularité

L'intérieur du Kassbohrer Setra 215 SL numéro 57 du réseau KSMA de Saint-Malo.
L'intérieur du 57, arrivé en 1993. On distingue le trapèze dans lequel n'auront jamais pris place les plans de lignes. ©O530C2

Les livraisons des huit véhicules se fait en deux temps; entre janvier 1990 et juillet 1991, trois couples sont réceptionnés, puis deux unités arriveront seules en septembre 1993 et en mai 1994. A chaque fois, les véhicules auront leurs propres particularités.

 

En janvier 1990 sont reçus les deux premiers S215SL, que la ville numérotera 51 et 52. Ces engins sont les premiers à recevoir, de construction, l'identité visuelle du réseau, et cela pas le biais de la découpe extérieure conçue en 1988 par Graphibus, ainsi que par la couleur des équipements intérieurs, notamment la coque rouge des sièges B3000 Compin; ce dernier choix perdurera jusqu'en 2006, avec la livraison du Volvo7700 n°67.

 

Ces véhicules, mis en service le 5 février 1990, sont dotés de deux portes, sur lesquelles un voyant indique lors de l'ouverture le sens de montée/descente, ainsi que d'un second témoin arrêt demandé, placé au milieu du véhicule. L'espace situé avant la porte médiane est doté d'un minimum d'assises, pour permettre une capacité d'embarquement optimale en cas de forte charge; cette capacité sera inégalée par les générations de véhicules suivantes.

 

Immédiatement après la porte médiane, un siège en disposition transversale est implanté de chaque coté, avant l'alignement de sièges à la mode autocar jusqu'au bout du véhicule. Le plancher haut permettant de loger le moteur aisément, l'espace voyageurs n'est pas perturbé par d'autres éléments mécaniques que le gabarit des roues avant et arrière.

 

Six mois plus tard, le 25 juillet 1990, deux autres unités sont mises en service, les n°53 et 54. Leur aménagement est similaire, à ceci près que les deux sièges transversaux sont remplacés par une travée normale, ajoutant deux places assises supplémentaires à la capacité du véhicule. Le reste du parc aura également cet aménagement. Les n°55 et 56, engagés à compter du 8 juillet 1991, seront en tout points identiques à la fournée précédente, à l'exception de l'habitacle du conducteur, qui était en polymère et qui devient vitré. Les véhicules suivants garderont cette évolution.

 

Le 58 fut le dernier Setra S215SL a être réceptionné sur le réseau, en mai 1994. La seule différence par rapport aux séries précédentes n'est pas des moindres: en effet, en lieu et place du moteur Man des véhicules précédents, celui-ci est équipé d'un moteur d'origine Mercedes.

Le 51 et le 58; la différence de texture de l'habitacle du conducteur est bien visible. La photo est prise en 2007, alors que les engins perdent leur teinte d'origine rouge pour une livrée d'apprêt immaculée. ©popol
Le 51 et le 58; la différence de texture de l'habitacle du conducteur est bien visible. La photo est prise en 2007, alors que les engins perdent leur teinte d'origine rouge pour une livrée d'apprêt immaculée. ©popol

Le S215 SL, la rolls d'un Saint-Malo Bus version 90s

De leur mise en service, le 5 février 1990, jusqu'à l'arrivée des GX217 en 1997, les S215SL seront la figure de proue du réseau; ils raflent les services sur les lignes principales, et en premier lieu la 2, la 3 et la 5. Leur silhouette et leur sonorité si particulières feront la pluie et le beau temps du réseau. Devenus compagnons quotidiens des habitants, les S215 se fondent dans le décor de la ville, transportant inlassablement réguliers et touristes. Rabaissant pour la première et la seule fois de l'histoire du réseau la moyenne d'âge du parc sous le seuil des 7 ans, ils incarnent alors un modernisme que le réseau ne retrouvera pas de sitôt.

 

Élégants et robustes, ils affichent une fiabilité remarquable donnant un taux de disponibilité qu'il serait impossible, par exemple, d'atteindre sur les aînés SC10U et SC10R... D'une qualité mécanique remarquable, avec une suspension douce grâce à leur hauteur sous caisse importante, ils se font autant remarquer par leur insonorisation intérieur que par leurs nuisances extérieures, tant sur le plan sonore qu'olfactif.

1997-2002, du S215 à toutes les sauces.

L'arrivée des GX217, en 1997, est un événement sur le réseau, qui reçoit ses premiers véhicules à plancher bas. Si le modernisme des S215 en prend un coup, cette évolution n'a pas de conséquence sur leur utilisation; tout au plus perdent-ils leurs tournées sur la ligne 3, totalement couverte avec les petits nouveaux. Engagés sur les lignes 2 et 5, ils circulent également sur la ligne 1 en période estivale et font, au gré des opérations de maintenance, des sorties sur les lignes 4 et 6, qui ne nécessitent pas de voitures toute la journée.

 

En 1998, six d'entre eux se voient remplacer leur girouette avant, à film en deux parties (indice de ligne et destination), par une girouette Duhamel à pastilles, ainsi que leur indice de ligne arrière. Une girouette latérale est installée, pour qu'ils disposent du même niveau d'équipement que les GX217.  En 2000, les deux dernières unités seront également traitées.

 

Plus fiables que leurs successeurs, plus nombreux aussi, les S215 SL restent sur cette période le matériel de base du réseau et sont visibles à tous les coins de la ville.

2002-2006, quand la situation s'inverse

Le Kassbohrer S215SL numéro 56 du réseau Keolis Saint-Malo Agglomération au dépôt des Roueries.
Le 56 au dépôt quelques jours avant de reçevoir sa nouvelle livrée, photo : popol

Jusqu'ici, le parc est composé pour moitié de l'ensemble S215-GX217, et pour moitié des SC10. En quelques années, il va totalement changer de visage, entraînant la chute des SC10 et tirant vers le bas les S215.

 

En effet, entre 2002 et 2006, ce ne sont pas moins de douze véhicules standards qui sont livrés au réseau; plus modernes par leur conception et leur design, ils poussent à la réforme les SC10 et le GX107, et donnent un coup de vieux aux S215. Ceux-ci sont alors écartés des missions prestigieuses et circulent principalement sur les renforts scolaires et les lignes annexes, comme la 4, la 6 et la 7. Cependant, les pannes a répétition des Volvo 7700 permettent de voir encore les S215 sur les lignes 2 et 5.

 

On notera que, sur cette période, le choix est fait d'affecter un véhicule sur le même service chaque jour; des trapèzes manuels SNL permettant l'affichage des plans de lignes sont apposés sur l'ensemble du parc, dont les S215. Pourtant, ceux-ci ne seront jamais utilisés.

 

Enfin, les S215SL sont visibles sur des services spéciaux, comme le transport de groupes scolaires de Saint-Malo dans la ville. En effet, 8 véhicules sont réformés alors que 12 sont reçus sur cette période; l'excédent de parc permet donc d'assurer ce genre de prestations.

Réunions de famille dans le dépôt provisoire des Rougeries  (2007-2012): version 2006 (livrées d'origine et d'apprêt) en haut, et version 2010 en bas (découpe KSMA). Au premier plan, l'ombre du n°53 qui partira a la casse une semaine plus tard. ©popol
Réunions de famille dans le dépôt provisoire des Rougeries (2007-2012): version 2006 (livrées d'origine et d'apprêt) en haut, et version 2010 en bas (découpe KSMA). Au premier plan, l'ombre du n°53 qui partira a la casse une semaine plus tard. ©popol

2007-2011, un regain d'activité providentiel

Le Kassbohrer Setra 215 SL numéro 56 du réseau KSMA de Saint-Malo agglomération sur un service de la ligne 4.
Le 55 sur un service de 4, photo : O530C2

Alors que la plupart des réseaux français se séparent de leurs S215SL, et de leurs cousins articulés SG219 SL, les véhicules malouins font l'objet d'un fort regain d'activité.

 

En effet, avec la mise en délégation de l'exploitation du réseau, celui-ci est remodelé le 2 janvier 2007, et la nouvelle desserte est caractérisée par un nombre de lignes régulières et scolaires beaucoup plus important, renforçant par conséquent l'utilisation du parc. Exit, donc, les services spéciaux, priorité au roulement régulier.

 

Les véhicules sont mis en livrée d'apprêt, fin 2006, et circulent pendant quelques mois totalement blancs. Le n°53, qui s'était déjà fait remarquer par des soucis techniques récurrents, ne sera pas dépelliculé et sera retiré des effectifs début 2008. Dernier véhicule du réseau à arborer leur si particulière livrée, il servira de magasin de pièces avant d'être ferraillé, en 2010. Dans le même temps, les 7 unités restantes reçoivent la nouvelle livrée bleu et émeraude du réseau.

 

Les véhicules sont alors engagés quotidiennement sur la ligne 4 ainsi que sur des services scolaires. Avec l'extension de la circulation de la ligne 8 à l'année, et le lancement de la ligne 9, ils sont également sollicité quotidiennement sur ces deux axes. Exclus des lignes C1, C2 et 3, car légalement inaptes à l'accueil des PMR, les S215SL abattent près de 22 000km par an, ce qui est très respectable pour des véhicules allant sur leurs vingt ans.

 

Si leur fiabilité est encore intéressante, les engins vieillissent et certains organes techniques, comme les compresseurs, ou intérieurs, comme les sièges, commencent à accuser le poids des années. La clientèle et les riverains, habitués aux générations suivantes commencent à se plaindre des nuisances des véhicules. On notera que le comité de quartier de la Guymauvière, zone traversée par la ligne 4 sur laquelle les S215SL sont omniprésents, a fait dévier la ligne car il estimait que la hauteur sous caisse de ces bus était une source de danger pour les enfants jouant dans le quartier.

 

L'agglomération, tardant à commander des véhicules, décide en 2010 de mener sur le n°52 une opération de prolongement de parcours, avec la remise en état des organes techniques et des aménagements d'intérieurs. De plus, le parc étant tendu, il n'est pas rare de n'avoir qu'un ou deux véhicules de réserve, et les venues des S215 sur les lignes principales ont épisodiquement lieu.

Un TAD assuré en S215 SL ! Ce scénario peu banal a eu lieu entre 2007 et 2009, lorsque la ligne 8 n'allait que sur demande jusqu'a Rothéneuf. C'est le véhicule n°56 qui est ici illustré. ©popol.
Un TAD assuré en S215 SL ! Ce scénario peu banal a eu lieu entre 2007 et 2009, lorsque la ligne 8 n'allait que sur demande jusqu'a Rothéneuf. C'est le véhicule n°56 qui est ici illustré. ©popol.

2012-2014, clap de fin après une carrière exceptionelle

Le Kassbohrer Setra 215 SL numéro 57 du réseau KSMA de Saint-Malo Agglomération au départ de Saint-Vincent sur la ligne 8.
Le 57 à Saint-Vincent sur la ligne 8, photo : O530C2

Après plus de 5 ans sans recevoir le moindre véhicule standard, Saint-Malo Agglomération commande en 2012 six véhicules qui vont sonner le glas des S215 SL.

 

En juin 2012 arrivent les 4 premiers GX327 BHNS, de pair avec l'inauguration du nouveau dépôt. Si leur rodage fait que leur livraison n'a pas de conséquence immédiate sur le parc, dès septembre 2012 quatre S215 SL sont retirés du service, les n°51, 54, 55 et 56. Leur vieillissement devenait critique, et la ponctualité ne pouvait plus être garantie. Ils servent alors de magasin de pièces aux trois dernières unités en service.

 

Durant l'année scolaire 2012-2013, les trois S215 SL rescapés ont étés très visibles. En effet, le parc déjà tendu étant fragilisé par l'immobilisation longue durée des véhicules n°45 et n°61, les Setra ont multiplié les sorties, le réseau n'ayant certains jours pas le moindre véhicule de réserve.

 

Les n°54, 55 et 56 ont étés évacués du dépôt au mois de mai 2014 et stockés en lieu sur; il est possible qu'ils soient vendus à des tiers par la mairie, qui est propriétaire de l'ensemble des engins acquis avant 2002.

 

Le n°51, tête de série et fatigué par plus de 22 ans de service, a servi de banque de pièces pour ses petits frères et est aujourd'hui promis au ferraillage dans un futur proche. 

 

La mise en service des deux derniers GX327 BHNS, en août 2013, a poussée vers la sortie le n°52. Malgré son meilleur état mécanique il pourrait cependant suivre son aîné sur le chemin de la casse, son âge et son kilométrage ne jouant pas en sa faveur. Cependant, les véhicules 57 et 58 continuent d'arpenter les rues malouines sur certains services scolaires, jusqu'à l'été 2014 qui marquera leur coup d'arrêt et, avec eux, la fin de ces véhicules emblématiques de la régie Saint-Malo bus.

 

Les derniers tours de roues, vrombissements et autres couinements de freins des 57 et 58 dans la ville qu'ils ont tant fréquentée, ce sont faits sur les services 30s et 50s (matin), 60s ou 80s(le renfort du soir). Au mois de février 2015, les 57 et 58 sont toujours présents, immobilisés au dépôt de Routhouan, avec pour voisins de place les Mercedes Citaro 2 N qui les ont remplacés. Le 52, a quand à, été revendu à une tierce partie dans le courant du mois de janvier 2015. En avril 2016, le 58 fut temporairement déplacé afin de masquer la carcasse calcinée de l'Heuliez GX317 no 61.

 

Les 57 et 58 furent tous les deux vendus aux enchères le 29 mars 2017, respectivement après 11 et 6 enchères, pour 1051 et 1102 euros. Destinés à quitter la ville dans laquelle ils passèrent tous deux plus de 24 années où y parcoururent tous deux 927 616km et 959 004 km respectivement dans les semaines suivantes, leur départ marquera la fin définitive d'une très glorieuse carrière dans les rues malouines.

 

Adieux, et merci, gentils monstres.

Une des dernières photos réalisables de ces engins: après avoir assuré un service de renfort matinal, le n°57 rentre au dépôt du Rothouan; il est presque 9h00. ©popol
Une des dernières photos réalisables de ces engins: après avoir assuré un service de renfort matinal, le n°57 rentre au dépôt du Rothouan; il est presque 9h00. ©popol

Pour aller plus loin, retrouvez: