Billettique. KorriGo, c'est pour très bientôt

Depuis 2011 et la première évocation dans une vidéo éditée par la ville de Saint-Malo de l’installation prochaine de KorriGo sur le réseau KSMA ; ce projet n’a eu cesse d’être le serpent de mer de l’actualité du transport public malouin. Remis au goût du jour par l’Appel d’Offre de renouvellement du délégataire de 2012 et par une succession d’articles de la presse locale, KorriGo n'eut cesse d'occuper les premières pages de Saint-Malo Agglomération. C'est ainsi qu'à l'occasion du dernier conseil communautaire, Saint-Malo Agglomération a consacré la demande d'une subvention à la région Bretagne pour permettre le financement du système billettique, signe que le fournisseur des équipements est désormais choisi.

Un article d’Antoine.

Photomontage de différentes générations de cartes KorriGo émises par différents réseaux de transport bretons.
Cartes KorriGo d'ancienne et de nouvelle génération. Photo Antoine H.

Les modalités de réalisation du projet

À l'occasion du conseil communautaire du 23 mars 2017, Saint-Malo Agglomération a voté une délibération permettant au président du Conseil Communautaire d'effectuer l'ensemble de démarches permettant d'obtenir une subvention de la part de la Région Bretagne afin de financer le projet billettique. Cette démarche fait suite à la décision de la commission d'appel d'offre du 24 février 2017 concernant la procédure négociée avec mise en concurrence préalable de choix du fournisseur du système, qui a sélectionné Xerox (comme à St-Brieuc) pour fournir les équipements du système billettique. Cette procédure faisait suite à un appel à candidatures paru au mois de septembre, portant sur  la « fourniture et mise en service et hébergement informatique d’un système de billettique interopérable sur le réseau KSMA ».

Selon cette délibération, le coût total du projet billettique sera de 1 327 420€ (alors qu'il était initialement estimé à 934 000€), ventilés comme suit :

  1. Prestation de projet (ingénierie, déploiement, formation, garantie 24 mois) : 541 493€ ;
  2. Achat de systèmes embarqués : 201 020€ (pour une soixantaine de véhicules, soit un coût d’environ 3 100€ par véhicule, comprenant validateurs et pupitre conducteur) ;
  3. Achat du système central (logiciel de gestion du système billettique, permettant l’exploitation des données recueillies) : 199 179€ ;
  4. Achat des systèmes de vente (14 points de vente) : 76 372€ ;
  5. 5 distributeurs automatiques de titres placés dans des endroits à forte fréquentation (Gares, Intra-Muros) : 163 024€ ;
  6. Achat des systèmes de contrôle des titres (5 postes) : 9 790€ ;
  7. Développement pour l’interopérabilité SNCF, Illenoo et Tibus : 100 000€ ;
  8. Achat des supports de titres (10 000 cartes KorriGo et 300 000 billets magnétiques) : 79 576€ ;
  9. Équipements de maintenance : 51 425€ ;
  10. Application mobile (laissant supposer la possibilité d'acheter des tickets depuis une application mobile, comme cela se fait sur le réseau TAN de Nantes) : 0€ ;
  11. Interface partenaires KorriGo : 5591€.

Le projet est financé à hauteur de 22,6 % par la Région Bretagne, porteuse du projet KorriGo depuis son lancement en 2006 aux côtés du département d’Ille-et-Vilaine et de Rennes Métropole ; et à 77,24 % par Saint-Malo Agglomération.

Le calendrier prévisionnel prévoyait une étude portant sur la définition des besoins à compter de février 2016, suivie par la consultation des entreprises qui devait débuter au mois de septembre 2016 et conclue au mois de février 2017.

Désormais, le calendrier prévoit le déploiement du système sur le terrain dans les prochaines semaines (impliquant fabrication ; installation du dispositif et mise en route du système), et ce, avec deux mois de retard sur le calendrier initialement avancé.

Il était prévu qu'une phase de test d’une durée de six mois devrait être engagée en juin 2018, avant que le lancement officiel de KorriGo n’intervienne au premier janvier 2019. Toutefois, eut égard des possibilités de retard dans la mise en œuvre du projet, ces dates ne sont qu’indicatives, et il est possible que le système ne soit lancé que courant 2019.

Les objectifs du projet billettique

Un outil indispensable pour une exploitation fluidifiée

Carte KorriGo en train d'être validée à bord d'un bus du réseau STAR (Rennes Métropole).
Carte KorriGo en train d'être validée dans un bus. Photo Antoine H.

L'installation d'un système billettique présente de nombreux avantages pour Saint-Malo Agglomération et Keolis Saint-Malo. Ainsi, une vision affinée du nombre de voyages quotidiens (grâce à une validation obligatoire à chaque montée) permettra à l’autorité organisatrice de mobilité (Saint-Malo Agglomération) d’adapter l’offre plus finement aux besoins des usagers ; alors même qu’il est probable que le réseau soit de nouveau refondu à l’horizon 2020-2021 (Saint-Malo Agglomération avançant que la durée de vie d’un réseau est de 6 à 7 ans).

De surcroît, cette billettique (KorriGo étant récemment devenue la carte bretonne des déplacements et des services) permettra également de faciliter aux usagers l’accès à de multiples services, même sans lien direct avec la mobilité, tel que les Restaurants Universitaires du CROUS, la Médiathèque, la Piscine... En effet, tous ces services sont désormais accessibles avec la nouvelle génération de carte KorriGo (à laquelle a été ajoutée une puce NFC), diffusée depuis septembre 2016. À noter que Saint-Malo Agglomération souhaite disposer d’un système évolutif, signifiant qu’il devra être possible à moindre coût de mettre en place dans le futur les innovations technologiques impactant la billettique, alors même que Rennes Métropole s’apprête à remplacer ses propres validateurs pour faire face aux dernières évolutions.

Par ailleurs, la validation magnétique permettra d’accroître la vitesse d’exploitation, la vente de titres devant être réduite par une plus large diffusion d’abonnements et de formules de post-paiement. Par ailleurs, afin de prévenir les chronophages ventes de titres à bord, il pourrait être souhaitable que le prix du ticket vendu à bord soit fortement augmenté, afin d’atteindre une somme ronde (2€). Ce ticket « de dépannage » inciterait les usagers occasionnels à adopter des formules de post-paiement ou à pré-acheter leur titre sur des bornes de libre service si une communication adéquate est opérée ; et simplifierait les rendus de monnaie comparé à un ticket avec un prix à deux chiffres après la virgule.

La fraude sera également réduite, la non-détention d‘un titre de transport étant moins discrète lorsque le réseau est doté de supports magnétiques. Toutefois, cela pourrait supposer également un accroissement des contrôles et de leur efficacité, impliquant l’embauche de personnels supplémentaires ou la généralisation de la demande de présentation de titres de transport par le conducteur-receveur, comme cela a été mis en place dans des réseaux comme Kiceo (Vannes) ou TAN (Nantes).

De nouveaux services pour les usagers

De surcroît, l’adoption d’un système déjà déployé sur les réseaux STAR (Rennes), TER, QUB (Quimper), Bibus (Brest), TUB (St-Brieuc), CTRL (Lorient), Illenoo (Ille-et-Vilaine) et Tibus (Côtes d’Armor), permettra d’accroître significativement les possibilités d’intermodalité entre ces réseaux, notamment pour les voyageurs pendulaires. En effet, la carte KorriGo permet le voyage sur l’ensemble de ces réseaux avec un unique support billettique, sous réserve qu’il ait été préalablement chargé de titres de transport correspondant à ces réseaux.

En outre, l’adoption d’un système magnétique permettra d’offrir de nouvelles possibilités en termes de gamme tarifaire. En effet, outre le recul de la diffusion des tickets papiers (remplacés par des billets magnétiques rechargeables) programmé, les supports magnétiques permettent la mise en place de titres plus flexibles au regard de l’usage réel du service par les usagers. Cela est notamment illustrée par le déploiement des formules de post-paiement, permettant à l’usager de ne pas avoir à acquérir en amont de son voyage un titre adéquat. Il lui suffit de valider sa carte KorriGo à la montée dans le véhicule, le coût de son voyage étant débité directement sur son compte bancaire le mois suivant. Le plus souvent, ces formules prévoient un plafonnement mensuel des montants débités sur le prix de l’abonnement mensuel, permettant à l’usager de toujours être facturé au meilleur prix. De même, la vente à distance sera grandement facilitée par l'introduction de la carte KorriGo, pour laquelle existe un lecteur nomade. Enfin, selon les souhaits de la région, le système devra ouvrir la possibilité de proposer des titres sur smartphone, et ce alors que le réseau Astuce de Rouen permet désormais la possibilité de l’achat d’un ticket par l’envoi d’un SMS.

Vue d'artiste des cartes KorriGo qui seront émises par le réseau KSMA à compter de 2018.
Vue d'artiste du design des cartes qui seront émises par le réseau KSMA.

Après déjà sept ans d’études et de concertation, KorriGo, c’est pour très bientôt. Ainsi, ce nouveau système billettique mettra fin au règne des oblitérateurs orange de type Tricompact, en place depuis plus de vingt ans et qui ne sont d'ailleurs plus fabriqués. Dans le même laps de temps, le club KorriGo s'ouvrira également à Morlaix et à Lannion, ayant décidé de mettre en œuvre conjointement ce système et ayant d'ailleurs proposé à Saint-Malo Agglomération un déploiement commun.

Ainsi, parmi les villes bretonnes de plus de 10 000 habitants, seule Vannes ne sera pas équipé de ce système billettique en 2019, et ce projet ne semble pas y être à l'ordre du jour pour le moment.

Écrire commentaire

Commentaires : 0